{le chant de braise}
{le chant de braise}

{prologue}

Quand le maître pleure
il pleut sur les villages du temps
et les ombres s'ébrouent
Les boues et les salissures du passé
qui maculent les villages du temps
sont nettoyées
Elles peuvent finir par s'écouler
dans le ruissellement des pleurs du maître
s'ils sont en quantité suffisante


{chant}

Les ombres ébrouées
Se regardent avec surprise
Car elles se retrouvent pareilles et pourtant changées
Elles savent ce qu'elles représentent
Quand elles se recroisent
En parcourant les rues des villages du temps
Où, sur la place, au centre d'un parvis de douleurs
Des puits de larmes et de tristesse
S’enfoncent dans les tréfonds

Ils rejoignent une forteresse de braise
Indemne du temps écoulé
Où s'introduisent les ombres du passé
Par une porte de chair
Que le maître a laissé entrouverte
A dessein ou non
Car les larmes en sont les clés


{épilogue}

La fumée des tristesses se disperse
mais la suie des regrets endommage les vestiges
des villages du temps

Pourquoi avoir peur
des ombres qui les peuplent
quand autrui et soi peuvent parfois se confondre
Elles connaissent sans que le maître les reconnaissent
les voies des larmes et de la douleur

{prologue}

Quand le maître pleure
il pleut sur les villages du temps
et les ombres s'ébrouent
Les boues et les salissures du passé
qui maculent les villages du temps
sont nettoyées
Elles peuvent finir par s'écouler
dans le ruissellement des pleurs du maître
s'ils sont en quantité suffisante


{chant}

Les ombres ébrouées
Se regardent avec surprise
Car elles se retrouvent pareilles et pourtant changées
Elles savent ce qu'elles représentent
Quand elles se recroisent
En parcourant les rues des villages du temps
Où, sur la place, au centre d'un parvis de douleurs
Des puits de larmes et de tristesse
S’enfoncent dans les tréfonds

Ils rejoignent une forteresse de braise
Indemne du temps écoulé
Où s'introduisent les ombres du passé
Par une porte de chair
Que le maître a laissé entrouverte
A dessein ou non
Car les larmes en sont les clés


{épilogue}

La fumée des tristesses se disperse
mais la suie des regrets endommage les vestiges
des villages du temps

Pourquoi avoir peur
des ombres qui les peuplent
quand autrui et soi peuvent parfois se confondre
Elles connaissent sans que le maître les reconnaissent
les voies des larmes et de la douleur