Mes poèmes préférés en ce moment

Branches, fleurs et promesses

Branches, fleurs et promesses
- I

Gracile branche au faîte d'un arbre millénaire
Ensorcelante image de l'aboutissement
Ce que le sol sait seule le sais-tu
Et l'essaim des sens l'ensevelit pour toi
Pour que tu le saches indéfiniment

La sève invisible emplit les évidements
Pour que s'accomplissent les transgressions des évitements
C'est à toi que revient d'intervenir
En ton fébrile équilibre de tous prolongements
Rien n'est facile sans toi et tu ne facilites rien

A l'appel éclatant des songes enfouis
Enceinte de l'univers tu te présentes au soleil
La forêt craque sous son poids quand tu t'ébroues
Tu ne dépares pas tes sœurs sombres et grouillantes
Car vous êtes du même bois saillant d'une boule de vie

Manifestation sublime d'un panthéon de grâce
Tu te vêts toi-même de la soie des maîtres en tout point
Palabre incessante et lumineuse de la canopée
Eclipse bruissante de tous tes ancêtres
Dernière transformation sans cesse renouvelée

Tu troubles la solitude elle-même
Qui se croyait unique phare des hommes
Une goutte de rosée, perle de la nuit
Te fait pourtant ployer sans sourire
Rêve de cristal et indestructible pensée

Gracile branche au faîte d'un arbre millénaire
Ensorcelante image de l'aboutissement
Ce que le sol sait seule le sais-tu
Et l'essaim des sens l'ensevelit pour toi
Pour que tu le saches indéfiniment

La sève invisible emplit les évidements
Pour que s'accomplissent les transgressions des évitements
C'est à toi que revient d'intervenir
En ton fébrile équilibre de tous prolongements
Rien n'est facile sans toi et tu ne facilites rien

A l'appel éclatant des songes enfouis
Enceinte de l'univers tu te présentes au soleil
La forêt craque sous son poids quand tu t'ébroues
Tu ne dépares pas tes sœurs sombres et grouillantes
Car vous êtes du même bois saillant d'une boule de vie

Manifestation sublime d'un panthéon de grâce
Tu te vêts toi-même de la soie des maîtres en tout point
Palabre incessante et lumineuse de la canopée
Eclipse bruissante de tous tes ancêtres
Dernière transformation sans cesse renouvelée

Tu troubles la solitude elle-même
Qui se croyait unique phare des hommes
Une goutte de rosée, perle de la nuit
Te fait pourtant ployer sans sourire
Rêve de cristal et indestructible pensée

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Branches, fleurs et promesses
- II

Chargées de promesses
les chaises des savoirs se sont brisées
toutes n'ont pas été tenues
car l'étreinte absurde de la volonté des voix raisonnables
ne peut pas retenir l'envol recherché
par les corps et les pensées

Alors que la chanoinesse des partages
doit enfreindre les règles
de la communauté qui s'étend
au delà des terres du souvenir marquant
son doux appel se glisse dans les interstices
du plus petit des mondes (aussi restreint soit-il)

L'implantation des mémoires s'étire
et déborde des frontières
car même s'il est impossible de se rappeler de tout
tout rappelle toujours le possible des choses
à l'orée de tous temps et de toute patrie

Chargées de promesses
les chaises des savoirs se sont brisées
toutes n'ont pas été tenues
car l'étreinte absurde de la volonté des voix raisonnables
ne peut pas retenir l'envol recherché
par les corps et les pensées

Alors que la chanoinesse des partages
doit enfreindre les règles
de la communauté qui s'étend
au delà des terres du souvenir marquant
son doux appel se glisse dans les interstices
du plus petit des mondes (aussi restreint soit-il)

L'implantation des mémoires s'étire
et déborde des frontières
car même s'il est impossible de se rappeler de tout
tout rappelle toujours le possible des choses
à l'orée de tous temps et de toute patrie

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Branches, fleurs et promesses
- III

Étiolée de douleur
elle a perdu son élan gracile
la promesse d'un cœur
s'est dissoute en labeur futile

Échancrée, charançonnée
l'élégance de la main tendue
a été retrouvée figée
en une drôle de posture chenue

Le trait de glace
du doigt tendu de l'hiver
désigne la menace
d'un monde qui se perd

La rosée scintillante
perle pendue à sa brindille
n'est diffraction qui mente
qu'aux amours de pacotille

La solennité d'un bruissement
fait vibrer une pensée
épouse d'un instant
face à une mer d'éternité

La gifle des rameaux
brusque supposition
griffe comme les mots
qui troublent l'intention

Le velouté d'une feuille
sous mes doigts amoureux
me rappelle que tu accueilles
mes caresses avec tes yeux

La promesse d'un soupir
fait aimer l'attente
reflet du désir
car tu es mon amante

Chaque douceur dans ta voix
est une fleur qui s'invente
je te reconnais à tes choix
car tu es mon amante

Un soir devant l'autel
je t'offrirai des amarantes
pour ces instants immortels
car tu es mon amante

Étiolée de douleur
elle a perdu son élan gracile
la promesse d'un cœur
s'est dissoute en labeur futile

Échancrée, charançonnée
l'élégance de la main tendue
a été retrouvée figée
en une drôle de posture chenue

Le trait de glace
du doigt tendu de l'hiver
désigne la menace
d'un monde qui se perd

La rosée scintillante
perle pendue à sa brindille
n'est diffraction qui mente
qu'aux amours de pacotille

La solennité d'un bruissement
fait vibrer une pensée
épouse d'un instant
face à une mer d'éternité

La gifle des rameaux
brusque supposition
griffe comme les mots
qui troublent l'intention

Le velouté d'une feuille
sous mes doigts amoureux
me rappelle que tu accueilles
mes caresses avec tes yeux

La promesse d'un soupir
fait aimer l'attente
reflet du désir
car tu es mon amante

Chaque douceur dans ta voix
est une fleur qui s'invente
je te reconnais à tes choix
car tu es mon amante

Un soir devant l'autel
je t'offrirai des amarantes
pour ces instants immortels
car tu es mon amante

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Branches, fleurs et promesses
- IV

Ma première promesse était la plus vraie
La plus belle
Que pouvait formuler mon cœur
Tourné vers ton âme
Qui l'avait entendue
Et ne l'avait pas refusée

(La mémoire de cet instant
Est la demeure de ma joie
A l'image de ton sourire d'alors)

Prémices d'une riante nostalgie
Au souvenir de la naissance de notre amour
La suave et grave acceptation du don
Affleurait comme un parfum
S'égarait dans l'air du soir
Nous effleura les mains
Délicieusement tristes sans le savoir
De n'être pas encore réunies
Pour connaître la douce pression d'une tendresse partagée

Ma première promesse était la plus vraie
La plus belle
Que pouvait formuler mon cœur
Tourné vers ton âme
Qui l'avait entendue
Et ne l'avait pas refusée

(La mémoire de cet instant
Est la demeure de ma joie
A l'image de ton sourire d'alors)

Prémices d'une riante nostalgie
Au souvenir de la naissance de notre amour
La suave et grave acceptation du don
Affleurait comme un parfum
S'égarait dans l'air du soir
Nous effleura les mains
Délicieusement tristes sans le savoir
De n'être pas encore réunies
Pour connaître la douce pression d'une tendresse partagée

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Branches, fleurs et promesses
- V

Un vol d'oiseaux miraculeux
A laissé des plumes immaculées
Se déposer sur un magnolia étoilé

Un vol d'oiseaux miraculeux
A laissé des plumes immaculées
Se déposer sur un magnolia étoilé

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Branches, fleurs et promesses
- VI

La porte de ma chambre                 
est verte poirier
mon enfance s'est tue
la joie s'en est allée

La branche est morte
de porter l'hiver
déçue sans offense
elle choit esseulée

La porte de ma chambre                 
est verte poirier
mon enfance s'est tue
la joie s'en est allée

La branche est morte
de porter l'hiver
déçue sans offense
elle choit esseulée

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Branches, fleurs et promesses
- VII
(à Delphine)

L'or des mots et des feuilles
Echo de ta blondeur
Aux aveux qu'on accueille
Mêle de la candeur

L'écorce diaphane
Du bel arbre automnal
Chante ce qui ne fane
Même au froid hivernal

Car les bruits de la ville
Ne peuvent pas ce soir
Couvrir sa voix subtile
Qu'il ne sert de prévoir

Et les âmes s'élèvent
En un doux abandon
Comme une envolée brève
A saveur de pardon

L'or des mots et des feuilles
Echo de ta blondeur
Aux aveux qu'on accueille
Mêle de la candeur

L'écorce diaphane
Du bel arbre automnal
Chante ce qui ne fane
Même au froid hivernal

Car les bruits de la ville
Ne peuvent pas ce soir
Couvrir sa voix subtile
Qu'il ne sert de prévoir

Et les âmes s'élèvent
En un doux abandon
Comme une envolée brève
A saveur de pardon

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Branches, fleurs et promesses
- VIII

La mariée a ceint son front d'une couronne de fleurs blanches pour conjurer les complications, mais son voile trop long la dément car il s'entortille déjà. Les invités rient, voyant le marié s'en dépêtrer. Sa verte dextérité les réconcilie tandis qu'elle le garde à son bras jusqu'à l'autel.

La mariée a ceint son front d'une couronne de fleurs blanches pour conjurer les complications, mais son voile trop long la dément car il s'entortille déjà. Les invités rient, voyant le marié s'en dépêtrer. Sa verte dextérité les réconcilie tandis qu'elle le garde à son bras jusqu'à l'autel.

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Branches, fleurs et promesses
- IX


Malgré ses promesses, son penchant pour la boisson se voit encore dans les guinguettes au bord de l'eau, seul au soleil, il en pleure de honte.


Malgré ses promesses, son penchant pour la boisson se voit encore dans les guinguettes au bord de l'eau, seul au soleil, il en pleure de honte.

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Mes poèmes préférés en ce moment